Formation gestion de projet

Quelques clés pour des projets plus efficaces

Gestion de projet, de quoi parle-t-on précisément ?

On peut désigner par le terme "gestion de projet" le processus par lequel des méthodes et techniques sont mobilisées en vue d’atteindre un objectif précis et préalablement défini en respectant des impératifs en termes de coûts, qualité et délai.
Ces deux dernières décennies, la gestion de projet s’est imposée dans le quotidien de la plupart des entreprises. Cet essor a été favorisé par une compétition économique accrue, un phénomène de complexification croissante des processus, le développement spectaculaire des nouvelles technologies qui en favorisent la dématérialisation et l’accélération, ou encore l’exacerbation des exigences des consommateurs.

Tous en mode projet ? Pour quels résultats ?

Ce développement s’est accompagné dans les entreprises, d’une multiplication des postes de chefs de projets, les méthodes de gestion de projet ont également fleuri. Les méthodes dites « traditionnelles » ont laissé progressivement leur place aux méthodes dites « en cascades », « adaptatives », ou encore « agiles ».

Des méthodes de gestion de projet inopérantes ?

Toutes ces méthodes présentent des avantages et des inconvénients, et leur efficacité est souvent liée à de nombreux facteurs parmi lesquels :
  • L’appui de la hiérarchie.
  • La maitrise de la communication projet et des aspects liés à la conduite du changement, la capacité de leadership du chef de projet, ou encore ses capacités techniques au premier rang desquelles son bagage méthodologique.
  • Les chefs de projet se trouvent ainsi souvent sommés de se débrouiller avec des objectifs souvent confus, parfois contradictoires et un appui hiérarchique défaillant.


L’esprit originel associé aux différentes méthodes est très souvent négligé, les effets de mode se succèdent. En outre la gestion de projet est souvent considérée comme un domaine à part, middle et top managers ne comprennent pas toujours le rôle qu’ils peuvent jouer dans le cadre d’un projet. Le développement des projets techniques et notamment informatiques a d’ailleurs, nous semble-t-il, accentué ce phénomène.
Ainsi, si les moyens alloués à la conduite des projets se sont considérablement accrus au sein des entreprises, de nombreuses démarches de projets débouchent sur des échecs. Soit elles n’aboutissent pas aux résultats escomptés (quand ceux-ci sont clairement formalisés), soit elles accusent de sévères dérapages budgétaires, ou de planning, soit, encore, elles sont rapidement rejetées par les opérationnels, parfois même, tout cela à la fois.

La formation en question ?

Les difficultés les plus généralement exprimées par les chefs de projet sont les suivantes :
  • L’absence de cadre et d’objectifs clairement formalisés
  • Le sentiment d’être instrumentalisés
  • Le sentiment que les solutions déployées ne sont pas pérennes
  • Le sentiment d’être jugés seuls responsables des échecs
  • La difficulté à embarquer les équipes concernées
  • La difficulté à planifier finement les actions dans un contexte perpétuellement marqué par l'urgence

Bien sûr certaines de ces difficultés ont trait aux capacités intrinsèques du chef de projet, mais la plupart traduisent une absence de culture projet au sein des organisations. Ainsi le chef de projet se retrouve à porter, seul, la responsabilité de l'éventuel échec des projets qui lui sont confiés. Avoir des chefs de projets bien formés est sans doute nécessaire, mais insuffisant en l’absence de sensibilisation de toutes les parties prenantes à une démarche projet.

Lean Six Sigma, comme réponse possible ? 

La méthodologie de projet apportée par Lean Six Sigma permet de répondre à ces principaux écueils :

  • L’approche Lean Six Sigma n'a pas d'a priori quant aux solutions à mettre en œuvre. Reposant sur un diagnostic factuel de l'existant, elle met l'accent sur la compréhension des problèmes et la recherche de causes racines pour élaborer des solutions pertinentes et durables qui survivront au mode projet. Au-delà de la pertinence des solutions, l'accompagnement au changement permet de garantir leur appropriation par les acteurs de l'organisation. C'est cette combinaison qui garantit l'impact et la pérennité des solutions.

  • Confier le management d'un projet ne doit pas conduire à sous-traiter le sujet sans donner les moyens. Le Lean Six Sigma, notamment au travers de son organisation et de la gouvernance des projets implique l'ensemble des parties prenantes en partant du sponsor, garant des moyens mis à disposition pour mettre l'équipe projet en position de réussite. Les revues de jalon, à chaque fin de phase du DMAIC permettent de valider les orientations tout au long de l'avancement du projet et de faire en sorte de co-responsabiliser l'ensemble des acteurs.

  • Bien sûr, le Lean Six Sigma fournit des outils notamment pour guider le diagnostic des processus existants et l'élaboration des processus cibles. Au-delà de ces aspects, le Lean Six Sigma permet aux collaborateurs de développer les bons réflexes et d'aborder les sujets avec bon sens. 

  • Enfin, sans aller jusqu'à dire qu'il n'y a aucun enjeu de planification dans le cadre d'un projet Lean Six Sigma DMAIC, son séquencement va faciliter le travail du chef de projet et lui permettre de se focaliser sur sa vraie valeur ajoutée : embarquer l'équipe et catalyser le changement. Dans ce type de projet, le planning découle de la méthode et c'est l'équipe projet, au sens large, qui se met en capacité de tenir le planning qui conditionne alors le périmètre et les objectifs du projet, et non l'inverse.

Lean Six Sigma une méthode pour être plus efficace

Organisation dédiée

Approche structurée

Orientation clients

Valeur ajoutée et bon sens

Devenir chef de projet Lean Six Sigma

Organisme de formation, Lean en ligne propose un parcours de formation dédié à la gestion de projets