Lean et Supply Chain Management

May 11 / Damien Philippe

La mondialisation, la financiarisation de l'économie, la volatilité des consommateurs et les incertitudes sur le plan international mettent clairement les chaines logistiques sous contraintes.

Les enjeux du Supply Chain Management sont nombreux et déterminants pour la performance des organisations.

Découvrez dans cet article en quoi les principes et les concepts du Lean constituent de véritables leviers d’amélioration de la Supply Chain.

Les enjeux du Supply Chain Management (SCM)

Le Supply Chain Management, de quoi s’agit-il ?

Le Supply Chain Management, gestion de la chaine logistique consiste à piloter :
  • Les flux physiques correspondant aux mouvements de marchandises ;
  • Les flux d’informations correspondant notamment à la gestion des prévisions de besoins, des niveaux de stocks, et des commandes ;
  • Les flux financiers correspondant notamment aux transferts de propriété et au management du cash.

Ces flux sont pilotés tout au long de leur avancement dans le processus global depuis les fournisseurs jusqu’aux clients finaux.

Les activités d’une Supply Chain

Le Supply Chain Management couvre deux grandes activités :
  • La planification dont l’objectif est de satisfaire la demande client de la manière la plus efficiente possible. Elle s'appuie notamment sur le PIC (Plan Industriel et Commercial) et le PDP (Plan Directeur de Production).
  • L’exécution dont les activités principales sont l’approvisionnement, la fabrication, l’assemblage/finition et la distribution.

Les enjeux de performance d’une Supply Chain

Concernant le volet planification :
  • Fiabilité des prévisions de ventes, notamment dans un contexte d'incertitudes et d'infidélité croissante des consommateurs ;
  • Justesse des stocks ;
  • Capacité à suivre les opérations en temps réel afin de travailler avec des données sans cesse actualisées.

Concernant le volet exécution :
  • Performance des fournisseurs notamment impactée par les crises sanitaire et géopolitique ;
  • Adéquation charge / capacité mise sous contrainte par une demande fluctuante ;
  • Flexibilité de l’outil productif, nécessaire pour répondre à une demande croissante de personnalisation ;
  • Optimisation des niveaux de stocks pour minimiser les besoins en fond de roulement ;
  • Performance des livraisons.

Les concepts du Lean au service des enjeux Supply Chain

Juste A Temps

Le schéma ci-dessous illustre les quatre grandes stratégies de production qui se distinguent par l’étape du processus à laquelle la commande du client intervient.
  • Engineer To Order, conception à la commande : concerne les produits à faibles volumes et grandes variétés,
  • Make To Order, fabrication à la commande : concerne les produits à volumes et variétés intermédiaires,
  • Assemble To Order, assemblage à la commande : concerne les produits à volumes et variétés intermédiaires,
  • Make To Stock, fabrication sur stock : concerne les produits à volumes importants et à variétés faibles.

Le schéma illustre le fait que le moyen le plus rapide pour honorer une commande client est effectivement la stratégie de production Make To Stock qui consiste à livrer le client à partir d'un stock de produits finis en se focalisant uniquement sur la distribution. En revanche, cette stratégie ne permet aucune flexibilité en termes de personnalisation ou alors au risque d’investir dans des stocks extrêmement coûteux. Elle se base également sur des prévisions de ventes...
La stratégie Make To Order permet quant à elle de limiter au maximum les investissements en stocks. Elle nécessite en revanche de tout mettre en œuvre pour compresser le temps de traversée total afin de le rendre acceptable pour le client. Cette stratégie est également appelée production JAT (Juste A Temps), JIT (Juste In Time) en anglais.

Les principes du Lean Manufacturing tendent justement à généraliser les flux en juste à temps et convergent donc avec les enjeux du Supply Chain Management. Le juste à temps, 1er pilier du Lean Management, vise effectivement à réduire l’inflexibilité de l’outil productif,  les temps de traversée et les gaspillages au 1er rang desquels se trouvent la surproduction et les stocks inutiles.

Jidoka

La réduction des niveaux de stocks est un élément vertueux pour l'amélioration des performances qui a par ailleurs pour effet de révéler un certain nombre de dysfonctionnements de l'entreprise.
Sur l'illustration de gauche, le bateau symbolise la bonne marche des opérations. Les stocks sont représentés par le niveau d'eau, ils sont nécessaires à l'avancée du bateau.

Outre son coût pour l'entreprise, l'excès de stocks masque les problèmes. La mise en place du juste à temps a pour conséquence une baisse du niveau des stocks qui révèle alors les problèmes de l'entreprise.
Voici quelques exemples de problèmes pouvant être révélés par la baisse des niveaux de stocks : 
  • Ruptures d'approvisionnement ;
  • Règles de gestion non adaptées ;
  • Non qualités ;
  • Pannes machines ;
  • Système d'information pollué ;
  • Temps de changement de série importants
.

Il s'agira donc pour l'entreprise de se structurer pour manager sa performance et résoudre ses problèmes au quotidien. C'est l'objet du Jidoka, 2ème pilier du Lean et de la démarche QRQC qui en est la déclinaison européenne.

Se former est plus que jamais nécessaire

Les leviers du Lean pour améliorer la Supply Chain

Sur le volet planification :
  • Les outil de cartographie des processus (VSM par exemple) permettent d’appréhender les processus de manière holistique et viser un optimum global plutôt que des optimums locaux. La théorie des contraintes permet d'ailleurs d'identifier les goulots d'étrangement afin de cibler les étapes devant concentrer les actions de progrès.
  • La chasse aux gaspillages.

Sur le volet exécution :
  • La standardisation, le management visuel et la méthode 5S ;
  • La mise en place du juste à temps sera supportée par les outils suivant : mise en place de systèmes Kanban (tirer le flux), réduction des tailles de lot (de transfert et de production), mise en place du Heijunka (production lissée mixte), réalisation de chantiers SMED (réduire les temps de changement de série).

Sur les volets planification et exécution :
Vous avez apprécié cet article ? Faites-le savoir ! 

À propos de l'auteur

Damien Philippe
Lean Six Sigma Black Belt, je suis passionné par l'amélioration continue et collective de la performance.

Cofondateur de Lean en ligne, je suis animé par la volonté de transmettre mes connaissances et de partager mon expérience de praticien.